• Avec le temps qui passe

    Avec le temps qui passe

     
     
      
      
     
    Avec le temps qui passe
    et qui nous démaquille,
    on s'regarde dans la glace
    et on se tient tranquille,
    de peur d'apercevoir,
    là, juste au coin des yeux,
    les rides du grand soir,
    comme quand on devient vieux.  
     
    Avec le temps qui fuit
    et nos heures qui se perdent,
    avec la grande nuit
    on perd de la superbe,
    et on devient moins beau,
    même un peu moins vaillant,
    mais on garde bien au chaud,
    nos âmes de vingt ans.
     
    Avec le temps perdu
    à chercher le comment,
    pourquoi on n'a rien vu,
    on n'a pas vu le temps
    qui a passé trop vite
    ou qui était trop court,
    nos rêves ont pris la fuite,
    on ne parle plus d'amour.
      Avec le temps qui frappe,
    nous assomme parfois
    quand la vie qui nous happe,
    nous montre de son doigt
    à la grande dame noire
    qui n'attendait que nous,
    pour un ultime grand soir,
    un premier rendez-vous.  
     
    Avec  le temps qui geint
    de n'être plus hier
    mais d'être déjà demain,
    quand tout va de travers,
    quand l'autre qu'on attend,
    jamais ne reviendra,
    qu'il n'y aura plus d'printemps,
    ni pour toi, ni pour moi.
     
      Avec le temps qui passe
    et emporte avec lui,
    nos rêves qui s'effacent
    du tableau de la vie,
    et lorsqu'on se retourne
    et qu'on ne voit plus rien
    que la boite qu'on enfourne,
    qui s'ra poussière demain.
     
    Avec le temps qui pleure,
    l'autre, qui restera,
    gardera en son coeur
    les images d'autrefois,
    quand tout était si beau
    quand tout était si bien,
    les enfants en cadeaux
    de notre amour sans fin.
     
     
      Avec le temps qui passe
    et qui nous démaquille,
    le vent déjà nous glace
    et puis nous déshabille,
    dans nos rêves moroses
    il y aura toujours,
    de grands bouquets de roses,
    couleur de notre amour.
     

    Daniel La Jeunesse (Daniel78)